#7 - Nasser (Electro-rock)

          Nasser, c'est quoi ? Nasser c'est trois mecs, de l'énergie, de la fraîcheur, des montées endiablées, du gros son, des cravates et du Jack Daniel's. Nasser c'est donc la classe, l'explosion. Vus sur scène au festival EHZ en 2011, j'étais littéralement tombé sous le charme de ce trio marseillais, grâce à leur capacité à électriser la foule, leur jeu de scène se mariant parfaitement aux jeux de lumières. Bref, je n'avais qu'une envie : les revoir ! Et voilà que le groupe signe un nouvel album chez Washi Washa (Mr Oizo, Boys Noize), annonçant une nouvelle tournée. Et ce n'est pas n'importe quel album...


          #7 est le prolongement de #4, le dernier album du groupe sorti en 2011. On y retrouve l'agressivité de Come On, des synthés planants qui font penser à Marseille And Anywhere, ou encore l'ambiance inquiétante de The Shooter. Prenez donc tous ces ingrédients, mélangez-les à une énergie sans pareille et vous avez un petite, je dis bien une petite, idée de ce qui vous attend. 

L'album commence avec des chansons vraiment très fidèles au Nasser que l'on connaissait, c'est à dire des riffs très funky posés sur une puissante ligne de basse. Des titres très dansants, donc, qui s'enchaînent en crescendo jusqu'à un Discoball qui vient nous dévisser la tête et nous donne envie de foutre un énorme bordel ! Heureusement, pour éviter de tout casser à la maison, You Are What You Are vient ramener un peu de douceur dans une veine beaucoup plus pop, même si elle se termine dans une ambiance froide. 

Mais cet opus est dans l'ensemble bien plus sombre que le précédent, à l'image du single The World Is Ours qui, à l'aide du clip qui se marie parfaitement bien avec la piste, nous glace le sang. On y voit des cerfs et des sangliers chassant des hommes, comme une revanche des animaux sur ceux qui les maltraitent, le tout sur une musique planante et inquiétante. La voix, accompagnée d'une légère reverb, paraît brute et sèche. Ce titre est d'ailleurs précédé par Enter The Z, une instrumentale qui marque le point de rupture entre la première et la seconde partie de l'album. A partir de là, nous nous laissons emporter dans un autre monde plein de subtilités. 

La Deezer Session de Nasser

          Voilà le parfait exemple d'un album qui fait du bien. Nasser arrive à nous transporter dans son univers, entre riffs déjantés et musique psychédélique. Si #7 est déjà l'album de la maturité, ça promet pour la suite... En attendant, surveillez les dates de la tournée, faut pas les louper ! 



Allous


Commentaires

Articles les plus consultés