Les Gardiens de la Galaxie (James Gunn)

Après Lucy, je continue sur ma lancée dans l'exploration des blockbusters de l'été. Escale chez Marvel, avec ces Gardiens de la Galaxie, précédés d'une excellente réputation, qui étend un peu plus l'univers cinématographique des super-héros du studio. Le casting est glamour, avec notamment Chris Pratt qui va exploser avec ce rôle et celui de Jurassic World, Zoé Saldana qui s'est assuré du boulot en signant pour des franchises (Avatar, Star Trek, Les Gardiens...), et des noms prestigieux qui rejoignent Marvel comme Glenn Close, John C. Reilly, Benicio Del Toro (déjà aperçu dans Thor 2) et Bradley Cooper.

Dès le générique, le film de James Gunn affiche le ton : ce sera groovy, drôle et ça prendra les attentes du genre à contre-pied. Pour les deux premiers adjectifs, ça ne rate pas. Le film est constellé de tubes pop 70's. C'est parfois un peu gratuit mais c'est fun et rafraîchissant. Visuellement, ça respecte les attentes d'un space-opera familial : c'est bariolé, plein de créatures et de vaisseaux spatiaux. Ça fait toujours plaisir de découvrir un univers imaginaire. On pense beaucoup à l'inévitable Star Wars, de l'intrigue générale (une bande se réunit pour lutter contre les forces du mal) jusqu'à certains détails qui sonnent comme des hommages (l'attachement de Star Lord à son vaisseau rappelle la relation Han Solo-Faucon Millénium, le tandem Rocket-Groot qui rappelle Han et Chewie...)

Niveau humour, on est servi, avec clins-d’œil pour les Terriens que nous sommes et une pincée de second degré en prime – irrésistible ping-pong verbal lors d'une réunion de la bande. Bien que bien troussé, le scénario repose sur un MacGuffin des plus classiques : un objet au pouvoir capable de gouverner le monde. A mes yeux, ce ressort dramatique éculé rapproche le film - et les films Marvel en général - des feuilletons en dessin-animé pour enfants qui passent à la télé. J'ai toujours du mal à avaler ce procédé narratif un peu cheap, bien que ce soit assumé par le studio qui veut rester fidèle à l'esprit des comics.

Les Gardiens de la Galaxie sont cool, grâce à un certain second degré, mais ils sont servis dans un emballage balisé qui ne créé pas l'alchimie nécessaire pour faire naître de la tension. C'est la limite du film : on se marre, on en prend plein les yeux... mais on est pas ému et ne prend pas véritablement son pied à cause d'un montage, d'une soundtrack qui ne s'éloignent pas des sentiers battus. James Gunn a beau vouloir se distinguer des productions Marvel, son film n'évite pas leur formatage impersonnel en produits de grande consommation. Par exemple, on devine que la bande se retrouvera dans la suite (et dans la suite de la suite, etc...) et qu'on évitera pas le happy-end. Les plans sur les fesses de Zoé Saldana, les relents religieux et de la loi du Talion nous rappellent qu'on est bien devant un film dont la formule a fait ses preuves.

Le nouveau Marvel - le meilleur à mes yeux - est un joyeux bordel coloré et drôle, pas complètement abouti et dont le traitement trop balisé empêche de s'enflammer. Un director's cut exciterait ma curiosité, bien que ça ne risque pas de voir le jour. Sympa mais peut mieux faire. 

Valou

Commentaires

  1. Un peu sévère comme conclusion non ? Je ne crois pas que "les Gardiens de la galaxie" était un film à grande ambition, juste du pur fun. D'ailleurs, utiliser des recettes scénaristiques éculées est un bon moyen de se concentrer sur l'élément central du film : l'humour et les cinq personnages principaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis peut-être sévère -même si ce que je dis est pensé sincèrement- mais c'est sûrement dû au fait que je comprend pas l'engouement critique derrière ce film, salué unanimement. Il aurait pu être bien mieux, ne serait-ce qu'en échappant à une mise en forme convenue. Même si elle est plus savoureuse et épicée que d'habitude, la recette du géant Marvel est évidente. Je te rejoins sur le coup des recettes scénaristiques éculées, en ce qui concerne le MacGuffin, mais dans le cas de Marvel on attend presque les limites du procédé. Ca commence à être très redondant à force.. Retrouver le ressort narratif d'"Avengers", ça m'a assez déçu.
      Je te rejoins pour dire que "Les gardiens" sont une réussite dans le Marvel cinematic universe... mais néanmoins à relativiser grandement, à mes yeux.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés