Bande annonce de "Knight of Cups" : merci Père Noël


Lundi 15 décembre, nous apprenons que Knight of Cups sera présenté à la Berlinale en février 2015. Génial, le film sera donc prêt pour le premier trimestre 2015 et devrait, à priori, ne pas trop se faire attendre. En effet, on commençait à s'impatienter de voir ce film, Malick étant connu pour avoir recours à de longues périodes de post-production afin de réécrire ses films au montage. Espéré en 2014, il avait bien fallu se résigner à ne voir ce film que l'an prochain. De plus, l'annonce de sa sélection à la Berlinale rapprochait la période d'expectative avant la prochaine apparition de Natalie Portman au cinéma. Ce qui n'est pas peu de choses. En effet, la sortie de Jane got a gun a été repoussé jusqu'à perpette (septembre 2015, seriously ?!) et la date de sortie de A Tale of love and darkness ne se fait toujours pas connaître. Que de coups durs pour les aficionados de l'actrice.

Et le jour même, la bande-annonce est révélée. Cette journée du 15 décembre prend une bien belle tournure. C'est avec une excitation immense que je découvre...
Un tunnel. Des images d'une beauté saisissante. La voix sombre de Christian Bale posée sur une bande-son tendue, inquiétante, menaçante. Puis des visions plus folles les unes que les autres, saupoudrées par une tendance surprenante à l'expérimentation visuelle : un montage syncopé, variant les types de captation avec une image immersive et distordue; des images en noir-et-blanc. Ce renouvellement du style de Malick appuie le sentiment qu'il s'agit bien d'un des plus grands formalistes en activité. Ce ne sont pas les cadres insensés (la caméra en rotation sur Wes Bentley, tout courbé) ni les plans beaux comme des tableaux qui vont faire mentir ce sentiment. Puis, après un changement d'atmosphère remarquablement bien construit, la bande-annonce verse dans un registre plus lyrique, plus familier du Malick de Tree of Life. Il vous faudra beaucoup de self-control pour ne pas être sidéré par cette suite d'images portée par une musique des plus emphatiques.
Un tunnel. Knight of Cups. Coming Soon

Les errements existentiels d'un homme évoluant dans un monde de débauche, une tension inattendue, une peinture meta du show-business, des images qui pourraient figurer dans un supercut des plus beaux plans du cinéma, la promesse d'un maelstrom de sensations (un concert, une scène sur une plage)... il se pourrait que le septième art tienne un chef-d’œuvre. Pardonnez l'engouement hâtif mais jamais bande-annonce ne m'avait ému à tel point. Ajouter à l'intensité et l'efficacité mêmes du trailer, l'attente autour du film pour la promesse d'un casting scintillant (Christian Bale, Cate Blanchett, Wes Bentley, Jason Clarke, Freida Pinto, Antonio Banderas, Imogen Poots, Teresa Palmer...) et la découverte d'images inédites de la belle Natalie Portman et vous aurez une idée du choc esthétique incomparable que le visionnage de la bande-annonce de Knight of Cups eut sur moi en ce lundi soir. Si le film n'est pas un chef-d'oeuvre, la bande-annonce sera au moins un condensé de beauté qui l'aura fait penser très fort.

Depuis Tree of Life, Terrence Malick fait un cinéma plus éthéré, plus dépouillé, plus arty mais aussi moins accessible, plus cryptique. La magnifique bande-annonce de Tree of Life (piqûre de rappel par ici) laissait déjà entrevoir une construction bien particulière et difficile d'accès, opposant l'enfance d'un garçon avec les origines de la Terre. Dans Knight of Cups, l'histoire d'un point de vue humain semble prévaloir et les accents métaphysiques relégués à la voix-off (« from darkness to light » - une phrase de conclusion rappelant une autre célèbre bande-annonce de2014). La meilleure partie de Tree of Life étant, à mes yeux, l'histoire à hauteur d'enfant, je suis d'autant plus excité de penser que le récit ne sera pas phagocyté par des scènes extra-terrestres. De plus, là où la bande-annonce d’À la Merveille, tout aussi constellée de plans magnifiques, avait des airs de prêche catho un peu guindé, celle de Knight of Cups transpire d'une énergie survoltée, jusque dans sa forme, et promet une plongée sauvage dans l'esprit confus d'un homme. Wait and see...

Valou

Commentaires

Articles les plus consultés