Citizenfour (Laura Poitras)


Citizenfour est un film dont on ne ressort pas indemne. Il fait partie de ces films qui redéfinissent notre lecture du monde, qui nous le fait appréhender d'une manière différente. En effet, bien que le scoop sur les écoutes de la NSA date de 2013, la piqûre de rappel que propose le documentaire de Laura Poitras fait affreusement mal, laissant un sale goût de crasse dans la bouche. 

En prenant conscience, avec nos yeux ébahis, de la réalité à échelle humaine d'un espionnage banalisé, la triste réalité post-Snowden nous met une claque en pleine face. Cette vérité inconcevable offre des moments surréalistes où on ne sait pas s'il faut en rire où en pleurer. Moments de stress, révélations qui font froid dans le dos rythment l'échange entre trois hommes -Snowden et les deux journalistes du Guardian- filmés au plus près, au plus vrai par la caméra de la réalisatrice. Ainsi, Citizenfour vaut aussi le détour pour le portrait d'un homme qu'on a vu qu'à travers des confessions face caméra relayés par les médias. En mesurant les risques que Snowden a pris, ses intentions, le courage de ses choix, les sacrifices réalisés pour l'intérêt commun, on découvre en filigrane le portrait d'un vrai héros moderne.

Si la peinture que fait le film d'un pouvoir à l'ubiquité totalitaire est vertigineuse, ses conditions de tournage le sont tout autant. Etre témoin des coulisses d'un scandale à l'ampleur digne du thriller complotiste le plus parano procure un frisson incroyable : ce documentaire offre un point de vue privilégié sur un épisode déjà inscrit dans l'Histoire du XXI° siècle.
Fruit d'un processus hautement subversif, Citizenfour est un documentaire important, voire nécessaire, dont la qualité ne se mesure pas à ses simples qualités cinématographiques mais bien à son apport pour une meilleure compréhension du monde.

Valou

Commentaires

Articles les plus consultés